Notre classement des meilleurs (et des pires) commissaires du Collège Barroso II

Il y a les années collège, et il y a l’année du collège. Voilà un an que les commissaires de la mandature 2010-2014 sont en place, sous la deuxième présidence de Jose Manuel Barroso. Les commentateurs nationaux ne cessent de comparer les ministres de leur pays, de décerner les bons et mauvais points, de souligner les espoirs et les causes politiquement en perdition. Il n’y avait donc aucune raison pour que l’on ne fasse pas la même chose pour les commissaires européens. Petite revue très subjective des pires et des meilleurs commissaires selon Euros du Village.


Envie d'en savoir plus sur le collège des commissaires depuis un an?

De l’audition rocambolesque des commissaires par le Parlement européen aux dernières bourdes de Catherine Ashton, voici une petite sélection - non exhaustive - de nos articles de l’année passée sur le collège Barroso II :
- Pourquoi les auditions au Parlement européen ont dérapé
- A quoi sert John Dalli ? (santé)
- Interview de Viviane Reding, en novembre 2010
- Ces commissaires européens qui se recyclent dans le privé
- La future Commissaire au changement climatique a-t-elle déjà échoué ?
- Barroso II, du neuf avec du vieux ?

Pour tout savoir sur la Commission, voir aussi notre section Commission européenne, ainsi que notre section dédiée à Catherine Ashton et au Service Européen d’Action Extérieure.

Les premiers de la classe

1. Kristalina Georgieva : une Commissaire qui se bouge

Le Parlement européen a bien fait, lors de l’audition des potentiels commissaires au début de la législature, de retoquer la faible candidate bulgare Rumiana Jeleva pour Kristalina Georgieva, au calibre plus gros. La candidate bulgare revenait de loin mais elle rapidement su dépasser les craintes initiales.

Avec un profil de technocrate internationale (vice-présidente de la Banque mondiale) rompue aux dossiers environnementaux et du développement, la Commissaire européenne à la Coopération, à l’Aide humanitaire et à la gestion de crise a su donner la meilleure image de la Commission européenne.

JPEG - 40.9 ko
Kristalina Georgieva, au portefeuille de l’aide humanitaire et de la gestion de crise

Des boues toxiques de Hongrie au tremblement de terre du Chili, elle a pu montrer que l’Europe répondait présente et pouvait s’avérer efficace, dans la mesure de ses moyens.

Dans une excellente coopération avec le Parlement européen, les Etats membres et les ONGs, elle a pu être là où il le fallait quand il le fallait.

European Voice ne s’y est d’ailleurs pas trompé : la Commissaire bulgare, qui tient régulièrement un blog, a été élue Commissaire de l’année par un jury de journalistes et de lobbies européens.

- Un conseil pour Kristalina Georgieva : restez vous-même, continuez comme ça, essayez de transmettre votre énergie à vos petits camarades.


2. Ex-aeqo : Joaquin Almunia & Viviane Reding : pragmatisme et bulldozer

JPEG - 26.2 ko
Ca vous branche un petit café avec Joaquin Almunia, Commissaire à la Concurrence ?

Plus jeune ministre de de Felipe González en 1982 au début de sa carrière, le vice-président de la Commission européenne en est à son second mandat. Il était commissaire aux Affaires économiques et monétaires sous Barroso I.

Les deux Vice-présidents de la Commission européenne (l’un socialiste espagnol, l’autre chrétienne-démocrate luxembourgeoise) n’ont pas un rôle facile : ils doivent faire respecter le droit européen. Le premier est gendarme de la concurrence, la seconde du droit pénal, des droits fondamentaux et du droit des contrats, sans oublier la promotion de la citoyenneté - oui, rien que ça.

Chacun a dû faire face à des petites tempêtes politiques :l’affaire des Roms en France pour Viviane Reding, les nombreuses protestations des Etats membres suite aux décisions de la Commission d’interdire des concentrations ou de punir des cartels (la dernière en date est celle du cartel du fret aérien) pour Joaquin Almunia.

Mais chacun, dans son style, a été salué : pragmatisme, écoute et détermination pour Joaquin Almunia, l’ancien syndicaliste espagnol (et ministre du travail de Felipe Gonzales), méthode plus offensive, plus directe et plus frontale pour l’ancienne journaliste luxembourgeoise.

JPEG - 285.7 ko
Viviane Reding, vice-président et commissaire européen chargé de la Justice, des Droits fondamentaux et de la Citoyenneté, en 1999, alors qu’elle s’apprêtait à prendre ses fonction au sein de la Commission présidée par Romano Prodi

A son troisième mandat, il s’agit de l’une des Commissaires les plus connues, pour son coup de gueule contre la stigmatisation des Roms en France et pour avoir imposé aux opérateurs téléphoniques la réforme des tarifs de roaming.

Leurs qualités, complémentaires, associées à leur vision de l’Europe et la connaissance de leurs dossiers, confirment deux faits : 1) José-Manuel Barroso a bien choisi ses Vice-présidents, 2) faire un second ou un troisième mandat à la Commission européenne rend politiquement intelligent et affûté.

- Un conseil pour Joaquin Almunia : soyez plus politique et plus offensif face aux attaques (parfois trop entendues) dont fait l’objet la politique européenne de concurrence.

- Un conseil pour Viviane Reding : évitez les comparaisons implicites à la Seconde guerre mondiale. Ça peut froisser certains ministres et certains chefs d’Etat. Soyez calme. Respirez avant de parler. Mais allez-y, parlez.


JPEG - 26.7 ko
Neelie Kroes, commissaire à la Stratégie numérique, n’a pas peur des cyber-attaques, même dans son dos

3- Neelie Kroes : un diesel numérique

Femmes d’affaires et politique, Neelie Kroes est un diesel : malgré un retard au démarrage (il n’était même pas sûr que sa nomination soit confirmée par le Parlement européen tant sa connaissance des dossiers et des enjeux était faible !), la Commissaire européenne à la Stratégie numérique tient bien la route. Il faut dire que passer de Commissaire à la concurrence (et de quelques clashs bien sentis par ci et par ) et de la fréquentation des conseils d’administration de grandes entreprises néerlandaises à la promotion de l’internet pour les seniors ou aux débats sur le roaming ne l’a pas passionné au départ. Mais la Vice-présidente de la Commission s’est vite pris au jeu : elle a fait de la maîtrise parfaite de sa communication (blog, réseaux sociaux) une arme tranchante, comme lorsqu’elle réagit furieusement contre un message qu’a osé lui envoyer un opérateur télécom apparemment peu au fait de la réglementation européenne sur le roaming.

2010 a été une année riche pour la commissaire néerlandaise grâce à la présentation d’un agenda numérique ambitieux et à la poursuite de nombreux débats et initiatives engagés auparavant (paquet Telecom, roaming, neutralité du net).

- Un conseil : Ayez l’air plus éveillée et ne vous faites pas marcher sur les pieds par vos collègues (notamment sur des dossiers sensibles comme les droits de propriété). Après tout, vous êtes vous aussi Vice-présidente de la Commission.


A confirmer

JPEG - 27.8 ko
Michel Barnier, commissaire au marché intérieur et aux services

Michel Barnier : enthousiasme et redondances

Michel Barnier est plein de bonne volonté et c’est pourquoi les Euros l’aiment bien. En France, dans le camp gaulliste, il est un Européen passionné et convaincu. Ce qui est assez rare pour être souligné. Michel Barnier a pu s’entourer des meilleurs, prendre comme conseiller spécial un ancien eurodéputé communiste (Philippe Herzog, fondateur du think tank économique Confrontations Europe) et garder la confiance de Nicolas Sarkozy. Ce qui est assez étonnant pour être surligné.

Michel Barnier n’en est pas à son premier portefeuille, puisqu’il fut commissaire en charge de la politique régionale sous Romano Prodi entre 1999 et 2004 mais aussi ministre de l’environnement, des affaires européennes, des affaires étrangères et enfin de l’agriculture en France.

En 2010, il a réussi à décrocher l’un des meilleurs postes de la Commission européenne, Commissaire au marché intérieur et aux services, en dépit de sa nationalité (une légende voudrait que les Français soient sceptiques quant au marché intérieur) et de sa méconnaissance relative des dossiers économiques et financiers. Ce qui est assez inouï pour être mentionné.

Michel Barnier a donc les défauts de ses qualités et inversement : sa méconnaissance des dossiers financiers lui donne du recul, son pragmatisme politique l’empêche de verser dans un ultralibéralisme sans frein ou dans une régulation dangereuse, sa foi européenne lui donne une boussole utile face à des lobbies financiers anglo-saxons peu enclins à faire confiance à un Frenchy. Car s’il ne connaît pas le détail de tous les dossiers qu’il doit gérer, il arrive à faire passer de gros paquets législatifs : du dossier sur la réforme de la supervision financière à la directive sur les hedge funds, de la directive Intermédiation en assurances à la relance du marché unique, Michel Barnier est incontestablement dans son élément.

- Un Conseil : votre anglais est catastrophique, faites un effort ! De plus, attention à ne pas trop répéter les mêmes choses («  on ne sortira pas de la crise comme on y est entré », « un commissaire est un homme politique et non un fonctionnaire » « souhaitons que l’anniversaire du marché unique soit une occasion de renouveau etc.. ») A trop être redondant et un brin langue de bois, on finit par décrocher.


JPEG - 23.7 ko
Dacian Cioloş, Commissaire à l’agriculture, aime la grenadine

Dacian Cioloş : le champ est libre

Le job de Dacian Cioloş, Commissaire européen à l’agriculture, n’est pas facile tant l’agriculture européenne revient de loin. Sa prédécesseure, Mariann Fischer Boel, ne portait pas la PAC dans son cœur. Et le débat sur l’avenir de la PAC tournait rapidement à la confrontation stérile entre environnementalistes, gros producteurs, paysans, libre-échangistes, protectionnistes et partisans de la fin de la PAC. Les champs européens étaient des champs de bataille. Même s’il a longtemps été considéré comme l’homme de Paris, Dacian Cioloş, ancien ministre roumain (et parfait francophone) a pu montrer qu’il était aussi indépendant des capitales que des intérêts corporatistes.

Il a également pu montrer qu’il connaissait parfaitement ses dossiers : il faut dire que le Commissaire européen est passé par le ministère roumain de l’agriculture et la DG Agriculture de la Commission européenne. Au-delà de sa compétence, il a démontré une réelle envie d’avancer avec ambition et pragmatisme sur le dossier, extrêmement complexe et controversé, de l’avenir de l’agriculture européenne. Mais ce n’est qu’en 2011 que sera discuté ce dossier... ce qui fait que Dacian Cioloş n’a pas pu démontré toute l’étendue de sa diplomatie.

Un conseil : Imposez-vous, soyez offensif, haussez le ton. La PAC a besoin de se réformer pour survivre.


JPEG - 20.1 ko
Catherine Ashton, Haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-présidente de la Commission

Catherine Ashton : une histoire de Cendrillon

Catherine Ashton a beau avoir été Commissaire européenne au Commerce dans le précédent Collège, elle a, au début, semblé être complètement novice en diplomatie mondiale et en rouages européens, repartant tous les week-ends à Londres au début de son mandat. Premier mauvais point.

Catherine Ashton a beau avoir été chef du groupe travailliste à la chambre des Lords pendant de nombreuses années, elle a, au début, semblé être complètement démunie face aux attaques politiques venues du Parlement européen. Deuxième mauvais point.

Catherine Ashton a beau venir d’un grand pays européen (le Royaume-Uni) et avoir fait partie de gouvernements solides (de Gordon Brown), elle a, au début, semblé être complètement dépassée d’une part par le Président de la Commission (lors de la nomination du représentant de l’UE à Washington) et d’autre part par le Conseil européen (lors de la faible réactivité de l’UE après les tremblements de terre à Haïti). Troisième mauvais point.

Mais au fur et à mesure, Catherine Ashton a appris. Son autorité grandit, son expérience s’accroît, son réseau se développe. Elle a sû mettre en place le Service Européen d’Action extérieure à temps, et ce malgré un immense débat entre le Parlement, le Conseil et la Commission. Elle a su recruter les meilleurs dans son entourage. Sa relation avec les parlementaires européens est plus apaisée et plus riche que les discours lénifiants habituels. Son indépendance par rapport à Whitehall n’est pas encore totale mais, incontestablement, elle se rattrape... en dépit de quelques gaffes ou ratés. Un jour, peut-être, « Miss Nobody » (selon l’ancien chancelier allemand Helmut Schmidt) deviendra une véritable princesse de la diplomatie mondiale.

- Un conseil : Faites plus d’allemand et de français (pourquoi ne pas faire de tandem avec vos camarades Barnier et Oettinger ?). Regardez moins West Wing, munissez-vous d’un avion particulier et tournez la langue sept fois avant de parler.


Les bonnets d’âne

JPEG - 46.5 ko
Karel De Gucht, commissaire au commerce, et sa bonne humeur communicative

Karel De Gucht : un gâchis

Le portefeuille qui lui avait été confié était immense : le Commerce. Mais la diplomatie que requiert ce poste ne convient pas particulièrement au profil rentre-dedans du Commissaire européen au libre-échange qui semble plus préoccupé par la politique de son pays, la Belgique, que par la relance des négociations commerciales. Sans parler de ses propos, plus que limites, sur le « lobby mondial des juifs ».

- Un conseil : souriez, soyez aimable et aimez un peu plus la vie et les gens.


JPEG - 23.8 ko
José Manuel Barroso, président de la Commission européenne depuis 2005, a un tout petit vélo

José Manuel Barroso : le tapis

Le toujours président de la Commission européenne n’est pas le « primus inter pares » cher à Delors. Il serait plutôt l’« ultimus sub pares ». Contrairement à sa fonction, le président portugais ne propose pas de vision stratégique pour l’avenir de l’Union, ne donne pas de la voix contre les Etats membres pour dénoncer les atteintes aux traités et ne protège pas l’intérêt commun européen. Sans doute confond-il ce dernier avec les intérêts additionnés de la France, de l’Allemagne, du Royaume-Uni et du Portugal. Avec José-Manuel Barroso, le collège de commissaires est devenu un vulgaire COREPER 0. Voire -1 (un COREPER ou Comité des représentants permanents est un comité d’ambassadeurs chargé de préparer les travaux du Conseil, où sont représentés les Etats membres).

A la Commission, sous Barroso, on n’y débat plus. On n’y décide plus grand chose. Les arbitrages se font par le bas. L’autorité du président ne pèse plus qu’à la marge. Tout juste arrive-t-il à hausser le ton quand l’affaire est trop grave (sur la France lors de l’affaire des Roms) ou quand les intérêts de son pays sont menacés (sur l’Allemagne lorsqu’elle projette de couper les fonds régionaux). Pour le reste, la Commission est un tapis sur lequel s’essuient les grands Etats.

- Un conseil : on cherche encore.


JPEG - 39.5 ko
Antonio Tajani, vice-président de la Commission chargé de l’Industrie et de l’Entrepreneuriat, lors d’un passage à Bruxelles

Antonio Tajani : absent

Envoyer un berlusconiste à la Commission européenne n’était sans doute pas une bonne idée. Mais qu’on se rassure : Antonio Tajani n’est pas souvent à Bruxelles. Il passe le plus clair de son temps en Italie. Quant à ses dossiers (politique industrielle européenne, entreprises et promotion de l’entrepreneuriat), ils sont presque aussi absents, au niveau européen, que lui. Hors de ses sujets de prédilection (le tourisme, une compétence d’accompagnement, et Galileo, en chantier perpétuel), Antonio Tajani est aux abonnés absents. D’un autre côté, il est peut être préférable qu’il soit absent étant donné que, lorsqu’il est présent, il s’attache surtout à faire avancer les positions sulfureuses de son mentor Silvio Berlusconi (loi -très discutable- sur la liberté de la presse en Italie, situation environnementale en Campanie, décision de la DG Concurrence sur l’accès de la chaine de télévision Sky au réseau italien)... au détriment des intérêts européens.

- Un conseil : Assumez votre passion pour le tourisme définitivement et partez aux Antilles. Faites-vous remplacer par un vieux routier plus expérimenté (Mario Monti ?) .


reagir   Imprimer   envoyer par mail   Auteurs
Espace réactions ()

stef
26 janvier 2011
11:34
Et à la Commission, c’est qui le meilleur ?

hehe excellent

Rozi
2 février 2011
10:19
Et à la Commission, c’est qui le meilleur ?

Excellent article ! Incisif, sans langue de bois, un journalisme européen qui fait du bien, qu’on soit d’accord avec vous ou pas ! Au moins le débat est lancé !

Question pour vous : comment vont Reding et Malmstrom ? Fini les bisbilles ?!!

Antoine (des Euros)
2 février 2011
11:13
Et à la Commission, c’est qui le meilleur ?

Merci !

Concernant Malmström et Reding, il semble que la situation se soit rétablie.. plus d’informations bientôt...

Cédric
2 février 2011
10:43
http://www.puisney.eu
Et à la Commission, c’est qui le meilleur ?

Vous êtes bien complaisants à l’égard de Catherine Ashton ! La dame est partie avec tous les handicaps possibles et son avenir ne s’annonce guère radieux...

Antoine (des Euros)
2 février 2011
11:09
Et à la Commission, c’est qui le meilleur ?

Bonjour, Chez les Euros, nous avons choisi de nuancer notre jugement sur Ashton. Comme écrit, elle semble avoir gagné en maturité sur le plan interne (elle a réussi à boucler les nominations au SEAE et à obtenir l’accord du Parlement européen comme des Etats membres, ce qui n’était pas acquis...) (et nous ne sommes pas les seuls à le dire) mais elle continue à faire quelques gaffes sur le plan externe (notamment ses sorties médiatiques). De plus, son absence répétée et sa modération gênent. Mais le système européen (l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni sont difficiles à mettre d’accord) est extrêmement paralysant.. ce n’est pas que de sa faute..

Souhaitons lui donc bonne chance au lieu de l’enfoncer d’avantage...

Cédric
2 février 2011
11:17
http://www.puisney.eu
Et à la Commission, c’est qui le meilleur ?

Je comprends ton point de vue. Je suis néanmoins moins positif. Boucler les nominations et obtenir l’aval du PE, quelle autre solution était possible ? Ce n’est que du jeu politique, personne n’allait lui mettre des bâtons dans les roues !

Je pense qu’il vaudrait mieux l’enfoncer une bonne fois pour toutes et la remplacer asap par une personne taillée pour le job. De toute façon, sa nomination relève de la mascarade et les réactions des grands pays, France et Allemagne en tête, face à la situation égyptienne ne font que confirmer cette absurdité : Mme Ashton a été choisie pour son non-charisme et son désintérêt avéré pour l’UE. Pas de doute, elle ne risque pas de faire d’ombre aux grands Etats membres, ni faire du tort à l’image de l’UE à force d’être invisible !

Politique européenne
Premier scrutin européen depuis le traité de Lisbonne et la crise de l’Euro, les élections du mois de mai feront figure, entre autres, de (...)
Un débat co-produit par Euros du Village et EuroparlTV, la chaîne du Parlement européen.
Commission européenne
Fondateur du département de science politique de l’Université de Genève,conseiller de José Manuel Barroso, Dusan Sidjanski tire la sonnette (...)
Pourquoi l’Europe impose des quotas de 40% de femmes dans les Conseils d’administration

Autres langues de cet article :

...and who’s the best at the Commission ?

Auteurs

Maha GANEM

Directrice du développement Groupe, coordinatrice des rédactions

Après un Master en communication et négociation internationale à l’Université de Provence, et un Master en Journalisme politique et communication institutionnelle à l’international à l’Institut d’Etudes Politiques d’Aix-en-Provence, Maha a rejoint le (...)

Sur internet

Sur le site de la Commission européenne,
les 27 Commissaires

Le blog de
Neelie Kroes

Le blog de
Kristalina Giorgeva
  Les plus lus Les plus commentés
Depuis un mois | Depuis toujours
Ils nous tweetent
Facebook
Quel président de la Commission en 2014 ?

Qui sera le président de la Commission européenne en 2014 ?


Les blogs des sections locales et thématiques du groupe Euros du village

Euros du Village, c’est
- 5 rédactions bénévoles et 4 Eurosblogs spécialisés,
- Plus de 120 publications par mois en 5 langues,
- un regard décalé sur l’actualité européenne et 7 ans de couverture des affaires européennes.

Retrouvez-nous en ligne :
- Euros du Village (FR), Gli Euros (IT), Los Euros (ES), Die Euros (DE) et The Euros (EN),
- En français, sur Facebook et Twitter.

Le groupe Euros du Village

Politique
Economie
Société & Médias
Développement durable
Affaires intérieures
Affaires extérieures
Bruxelles & Euro-bulle
France
UE 28
L’autre Europe
Monde
© Groupe Euros du Village 2010 | Mentions légales | Site réalisé avec SPIP | Réalisation technique et design : Media Animation & Euros du Village France