Européennes : la dynamique inédite de l’Euroscepticisme

En position de force, les partis eurosceptiques pourraient changer le visage de l’Union

De l’assimilation des pro-européens aux communistes de l’ère soviétique par Vaklav Klaus, aux détournements des vidéos de Star Wars par le mouvement Libertas, les rengaines à la Thatcher ou souverainistes donnent de la voix à l’approche des élections. L’euroscepticisme arrivera-t-il cependant à dépasser son éparpillement, entre conservatisme libéral, nationalisme et rejet jusqu’au boutiste de l’Union ? Les remous actuels de la galaxie eurosceptique laissent penser qu’il s’agit là d’une des clefs de l’élection à venir. Si ce n’est de l’orientation future des institutions européennes.


Discours de Vaclav Klaus du 19 février 2009 devant le Parlement européen
Le Président de l’UE en exercice donnant une « leçon de démocratie » aux parlementaires européens, en février 2009.
la vidéo a été postée sur Youtube par un proche du MPF de Philippe de Villiers

Sous de nombreux aspects, du point de vue « eurosceptiques », cette campagne européenne ressemble aux précédentes. Dans de nombreux États membres, les candidats traditionnels ou les « sortants » tels que Philippe De Villiers en France, Nigel Farage au Royaume Uni, ou les candidats de la Ligue du Nord en Italie et de la Liste de Juin en Suède font entendre de leur voix.

De même, on peut, sauf surprise majeure, s’attendre à des arguments similaires à ceux déployés lors des campagnes précédentes : critique du trop grand poids de « Bruxelles » (et notamment critiques acerbes sur les fonctionnaires communautaires et/ou les commissaires), craintes d’ une dilution de l’ influence des États membres, préférence à un schéma inter-gouvernemental classique.

Les panoplies varient cependant selon les États membres, la Commission étant plutôt un danger pour l’environnement et les droits des travailleurs (Suède, Danemark, France), ou davantage une entité bureaucratique trop régulatrice (Royaume-Uni, République tchèque, Allemagne).

Les modérés, les radicaux, ceux de droite, ceux de gauche

Il est de plus vraisemblable d’assister à une campagne distincte entre euro-sceptiques modérés et euro-sceptiques radicaux : ainsi au Royaume Uni, les Conservateurs et le Parti de l’Indépendance du Royaume Uni (UKIP) s’affrontent. Sans compter Libertas, une étonnante agrégation pan-européenne de partis anti-traité de Lisbonne. En République tchèque, deux listes concurrentes se proclament euro-sceptiques : Libertas.cz, présidé par Vladimír Železný, et le parti des citoyens libres de Petr Mach (SSO). En France, se bouscluent des euro-sceptiques de droite (Nicolas Dupont-Aignan avec Debout la république et Philippe De Villiers avec le MPF) et de gauche (Jean-Luc Mélenchon et le Nouveau Parti Anti-capitaliste d’Olivier Besancenot).

Il est tout de même un sujet sur lequel tous les euro-sceptiques se rejoignent : le rejet total du traité de Lisbonne (en cours de ratification)... tout comme les eurosceptiques rejetaient le projet de traité constitutionnel en 2004.

L’élargissement et Libertas, grandes nouveautés de l’élection de 2009

Certains signes donnent pourtant aux élections européennes de 2009 une saveur nouvelle. Au premier rang desquels, l’élargissement et l’originalité que représente une élection dans 27 États membres. Profitant de l’élargissement, le groupe eurosceptique « Union pour l’Europe des Nations » (UEN) est devenu en 2004 la quatrième force politique du Parlement Européen. L’arrivée de la Bulgarie, de la Pologne, de la République tchèque, de la Lettonie et de la Lituanie aura élargi, outre l’Union, les rangs de l’euroscepticisme au Parlement Européen, ainsi que, dans une moindre mesure, au Conseil.

Declan Ganley, fondateur de Libertas, à l’occasion du lancement du mouvement français en mars 2009

Le deuxième changement est l’émergence de Libertas, sous l’égide de Declan Ganley, héraut du NON au traité de Lisbonne en Irlande. Le prolongement d’une campagne référendaire en campagne électorale n’est pas nouveau (Liste de Juin en Suède et au Danemark, campagne actuelle de J.- L. Mélenchon ou P. De Villiers en France). Cependant, pour la première fois, cette campagne entend se faire au niveau européen : Libertas veut être présent (même slogans, même matériel de campagne) dans tous les États membres. Paradoxe, puisque ce sera un mouvement tout sauf pro-européen et qui ne se distingue pas particulièrement par son unité qui aura réussi à mener l’une des premières campagnes paneuropéennes.

Jusqu’à aujourd’hui, les candidats eurosceptiques étaient principalement élus dans les États membres de la « périphérie » et dans les pays ne prenant pas part à toutes les politiques de l’Union : au Danemark, en Irlande, en Lettonie, en Lituanie, en Pologne, au Royaume- Uni, en Suède. A ce titre, la possibilité d’ une nouvelle division économique et politique en Europe, soutenue par Jean Pisani-Ferry et Zsolt Darvas, dans une étude pour le think tank Bruegel, peut constituer un ressort de choix pour les partis eurosceptiques. Les opportunités de gagner des voix dans les zones les plus prospères et les plus traditionnellement euro-enthousiastes de l’Union (Allemagne, Belgique, France, Italie, Pays- Bas) croit considérablement au fur et à mesure que croit le désenchantement vis à vis de l’Europe. En période de crise, par ailleurs, un sentiment de « payer pour les pauvres » peut se renforcer dans les autres pays contributeurs nets (Suède, Autriche, Pays- Bas) et ainsi jouer en faveur des mouvements euro- sceptiques.

Vers un grand groupe eurosceptique au Parlement européen ?

Quant aux institutions, il est certain que le Parlement Européen sera le premier affecté du possible renforcement, ou du moins de la stabilisation, de l’euroscepticisme. Il pourrait compter, lors de la prochaine législature, un nouveau groupe eurosceptique unique et d’envergure.

JPEG - 112.8 ko
David Cameron, leader des « Tories », le parti conservateur britannique

Le Movement for a European Reform, qu’il a fondé, ambitionne de constituer un groupe de premier plan au Parlement européen, au détriment du PPE.

Credit photo : Steve Back - www.politicalpictures.co.uk

Plusieurs évolutions sont à prévoir :

- L’émergence très probable d’un nouveau groupe eurosceptique de centre-droit selon les contours du parti « Mouvement pour une réforme européenne (MER) », fondé en 2006 par David Cameron, leader du Parti conservateur britannique, qui n’a pas de reconnaissance officielle, mais dont les composantes sont actuellement membres du parti populaire européen (PPE), le principal groupe du Parlement européen. Ce groupe rassemblerait les conservateurs de Droit et Justice (PiS, Pologne) actuellement dans le groupe UEN, les conservateurs de l’ODS ( République tchèque/ PPE- DE), les possibles élus de la Liste DeDecker belge et les eurodéputés actuels du groupe UEN (Ligue du Nord en Italie, Parti du Peuple danois, conservateurs lituaniens et lettons).

- L’actuel groupe Union pour l’Europe des Nations (UEN) ne semble pour sa part pas en capacité de survivre aux prochaines élections européennes, Alliance Nationale (Italie) rejoignant le groupe PPE, le Fianna Fail (Irlande) rejoignant le groupe des libéraux, l’ALDE. Le reste des eurodéputés composant l’UEN sont pressentis pour rejoindre le Mouvement pour une réforme européenne.

- Il est en outre fort probable de voir émerger un nouveau groupe eurosceptique structuré autour d’élus des listes de Libertas. Si Libertas n’arrive pas à atteindre le seuil suffisant pour constituer un groupe, la question de la fusion avec le nouveau groupe eurosceptique pourrait se poser, même si bien des positions sont difficilement conciliables (agriculture, atlantisme).

- Le groupe Groupe Indépendance/Démocratie (IND/DEM), dont le leitmotiv est le refus d’un « super-Etat » européen et le respect des identités nationales, et qui compte dans ses rangs les trois élus du MPF de Philippe De Villiers, peut être également affecté par le succès de Libertas. Ce groupe a en effet peu de chance de passer le seuil des 25 membres requis pour constituer un groupe, même si le Parti de l’Indépendance du Royaume Uni (UKIP), sa principale composante réitère sa performance de 2004 (8 euro députés).

L’Empire bullocrate contre-attaque
L’interdiction des fromages de la princesse Marianne parce qu’ils sont trop riches en matière grasse (et en plus ils puent) : ou le buzz eurosceptique, par le mystérieux « L pour Libertas ». Ces parodies de films comme Star Wars ou X-Men reprennent les thèmes de la campagne de Libertas et connaissent un vif succès sur la Toile avec plus de 40 000 visites enregistrées.

A travers le complexe jeu politique à venir une fois le verdict des urnes rendu se posera donc la question de la cohérence d’un futur groupe eurosceptique. Avec un spectre allant des conservateurs britanniques, plus au centre, aux nationalistes polonais ou baltes, cette question laisse ouverte celle du positionnement. Si ce nouveau groupe se positionne au centre et parvient à négocier avec les grands groupes traditionnel, son influence sera décisive. S’il se positionne comme beaucoup plus conservateur, il est fort probable de le voir souvent marginalisé.

Les négociations sont d’ores et déjà en cours pour la création d’un tel rassemblement au sein du Parlement. La principale inconnue ne repose plus sur l’« avec qui ? » mais le « combien ? ». Car l’objectif est de devenir le plus grand groupe politique possible pour peser au Parlement.

Quel impact sur les politiques européennes ?

D’une part, au moment de l’investiture de la Commission, ce nouveau groupe pourrait influencer de manière décisive le choix des candidats commissaires. Il convient de s’attendre à la nomination possible de commissaires eurosceptiques militants et très conservateurs, puisque le système institutionnel européen veut que les futures commissaires soient approuvés par le Parlement sur proposition des États membres réunis au Conseil. En cas de constitution d’un grand groupe eurosceptique, il est peu probable que le Parlement Européen nouvellement élu réitère ses coups d’éclat de 2004 : sa ferme opposition à une candidate lettone eurosceptique et à un candidat italien très conservateur avaient contraint le président Barroso de retirer leurs candidatures. On se souviendra de l’épisode mémorable du tollé qu’avaient suscité au Parlement les propos du candidat Rocco Buttiglione lors de son audition devant les parlementaires : « la famille existe pour permettre aux femmes d’avoir des enfants et d’être protégées par un homme qui prenne soin d’elles », ou encore « l’homosexualité est un péché pour moi, en tant que chrétien ». La Commission pourra cette fois-ci courir un risque de « Blocherisation », du nom de Christophe Blocher, populiste suisse qui a progressivement réussi à se hisser au plus haut du système politique de la confédération hélvétique.

D’autre part, les eurosceptiques peuvent imprimer leur marque sur l’ agenda politique de l’Union. Plusieurs projets ou positions de l’Union pourront ainsi évoluer selon la configuration du Parlement élu en juin : une politique extérieure plus intergouvernementale, un espace de sécurité et de justice plus restrictif, des élargissements ajournés, une politique de communication enterrée, une politique environnementale moins ambitieuse. D’une manière générale, il est probable que la Commission soit encore plus frileuse en termes d’initiatives politiques, et que le Conseil, déjà en position de force, soit le grand bénéficiaire de cette absence de propositions. On pourrait donc assister à un renversement historique d’alliances au sein du triangle institutionnel, le Parlement préférant s’allier au Conseil qu’à la Commission, au risque de perdre le peu d’influence qui lui reste après 5 années de présidence Barroso.


reagir   Imprimer   envoyer par mail   Auteurs
Espace réactions ()

babar
5 mai 2009
18:55
Européennes : la dynamique inédite de l’Euroscepticisme

Merci pour cet excellent résumé. Je souhaite ajouter que, confronté a la montée d’un Euroscepticisme triomphant et multi face le « discours d’en face », pro-européen pour simplifier, se montre timide, piteux, voire incompétent.

Certes il est difficile de percer le mur des media. Malgré le black-out médiatique sur le sujet des Européennes les Eurosceptiques semblent y parvenir. Le peu qui nous est montré sur ces élections l’est évidemment à travers des grilles de lecture et des filtres nationaux.

Même punition sur le web. Le forum organise par Margot Wallström est presque totalement investi par les Eurosceptiques de droite (forum anglophone), ou de gauche (francophones).

naiko
29 mai 2009
08:49
http://www.blog.le-nouvel-europeen.eu
Européennes : la dynamique inédite de l’Euroscepticisme

Merci pour votre article, très précis et documenté comme toujours. Tout à fait de l’avis de « babar » pour estimer que face à ce risque, les « pros » apparaissent singulièrement « mous » et tièdes. Tout simplement peut-être parce qu’ils sont divisés sur le cap à prendre. On ne saurait sous-estimer, là non plus, l’impact de la crise, qui est, qu’on le veuille ou non, une crise du libéralisme et d’un certain capitalisme. Or le projet européen est, dans ses moyens sinon dans ses fins, un projet de nature libérale, voire ultra-libérale. C’est donc l’essence même du projet qui est ainsi atteinte. Le fait que sur ce diagnostic, les avis divergent au sein des Vingt-Sept -et même au sein de la Commission- est aussi inquiétant. Le fait que l’Union n’ait pas vraiment été capable de présenter une politique unie (voire commune) pour faire face à la crise dans sa dimension économique, et partant sociale, en présentant au citoyen européen des solutions claires et visibles aux problèmes auxquels il est confronté, s’étant contentée d’en traiter les aspects financiers et notamment bancaires est encore un fait aggravant. L’absence de politique européenne pour définir une politique de l’après-crise, notamment par le choix de projets industriels mobilisateurs est un autre phénomène exrêmement préoccupant. Dans ces conditions, on voit mal comment le verdict des urnes pourrait être autre chose que dévastateur. Il faut s’y préparer, et réfléchir aux nouvelles solutions à apporter. Ce qui impliquera, de la part des acteurs majeurs, un courage, et un sérieux dans le travail de refondation extraordinaires.

Nico
7 juin 2009
16:39
Lisez L’ECLAT
Européennes : la dynamique inédite de l’Euroscepticisme

« Ce qui impliquera, de la part des acteurs majeurs, un courage, et un sérieux dans le travail de refondation extraordinaires »

Entre un britannique ou un lithuanien néolibéral et un français colbertiste, que voulez-vous que l’on obtienne ?

La seule issue à ce gâchis monstrueux est le retour à une europe coopérative, non plus fondée sur une construction mal acceptée, qui sera de toutes façons toujours inaboutie, mais sur une série de grands projets politiques (industrie, défense, infrastructure, recherche, notamment dans le domaine de l’énergie...) un peu à l’image de l’European Space Agency. Tout cela bien sûr sans forcer quiconque...

Voilà pour moi vers quoi doit évoluer l’Europe.

Nico
7 juin 2009
16:30
Lisez L’ECLAT
Européennes : la dynamique inédite de l’Euroscepticisme

Etant moi-même eurosceptique je me réjouis de cet article, et j’espère que les élections d’aujourd’hui vous donneront raison !

Politique européenne
Premier scrutin européen depuis le traité de Lisbonne et la crise de l’Euro, les élections du mois de mai feront figure, entre autres, de (...)
Découvrez EusprYng une web-série documentaire réalisée par Maha GANEM notre Directrice du développement !
Elections européennes 2009
Alors que certains tentaient d’entretenir le doute, le Parlement européen a reconduit le conservateur Jose Manuel Barroso à la tête de la Commission, (...)

Autres langues de cet article :

Europee, la mina vagante dell’Euroscetticismo

Auteurs

Antoine Bargas

Rédacteur en chef adjoint de la version francophone

Antoine est diplomé de Sciences Po Paris (Master Affaires Européennes) et de l’ Université Bocconi de Milan. Dans le cadre du programme Erasmus, Antoine a passé un an à étudier à l’ université d’ Uppsala, en Suède. Après plusieurs stages en France (Air (...)

Sur internet

Site du parti de Declan Ganley
Libertas

Site internet du groupe politique UEN
Union pour une Europe des Nations

Site du groupe politique au PE Indépendance et Démocratie
Indépendance et Démocratie (en français et en anglais)
Ils nous tweetent
Facebook
Quel président de la Commission en 2014 ?

Qui sera le président de la Commission européenne en 2014 ?


Les blogs des sections locales et thématiques du groupe Euros du village
L'Union européenne développe sa dimension fédérale
Par Søren Henrichsen
9 juillet 2012

Euros du Village, c’est
- 5 rédactions bénévoles et 4 Eurosblogs spécialisés,
- Plus de 120 publications par mois en 5 langues,
- un regard décalé sur l’actualité européenne et 7 ans de couverture des affaires européennes.

Retrouvez-nous en ligne :
- Euros du Village (FR), Gli Euros (IT), Los Euros (ES), Die Euros (DE) et The Euros (EN),
- En français, sur Facebook et Twitter.

Le groupe Euros du Village

Politique
Economie
Société & Médias
Développement durable
Affaires intérieures
Affaires extérieures
Bruxelles & Euro-bulle
France
UE 27
L’autre Europe
Monde
© Groupe Euros du Village 2010 | Mentions légales | Site réalisé avec SPIP | Réalisation technique et design : Media Animation & Euros du Village France